Accueil > BIOGRAPHIE > Instruments/Artiste

Les FLÛTES Traversières en Ut, Alto et Basse
C’est de sa passion du son que lui vient ce besoin de souffler dans des objets et tout naturellement les flûtes.

En concert , il reste le plus souvent sur les traversières mais en studio il aime les mélanger à des flûtes ethniques récoltées au cours de ses voyages.
Des dents creuses de crocodile et d’hippopotame, et même des crânes ont été utilisés lors de l’enregistrement du Triple Album sur la vie de DARWIN avec les XII Alfonso.

Les flûtes douces quant à elles, ont trouvé une place dans la dernière formation de Musique du Haut Moyen Âge. Des doigtés baroques et doigtés modernes s’affrontent ...De quoi en perdre la tête...

Le PIANO est le moyen d’expression favori car " ...c’est un instrument qui symbolise l’orchestre...". Il permet la compréhension et l’expression de l’harmonie, très utile pour les arrangements.
Il lui sert aussi à l’accompagnement de chanteur, chorale et d’instrumentiste en concert ou en travail préparatoire.

L’E.W.I/Electrique Wind Instrument ,
L’EWI est un réel soufflant avec une anche et de multiples doigtés adaptés aux innombrables instruments que l’on peut produire : cuivres, hautbois, basson, trompette etc... de réels sons "samples" peuvent en sortir à la grande surprise du public.
L’instrument demande quelques années de travail avant d’en avoir une maîtrise totale.

Le KEYTAR, drôle , surprenant ...
Le "clavier / guitare" qui permet à Stéphane d’avoir l’expression d’un guitariste sur un clavier avec en plus des choix de sons qu’il aime pour leur harmonie.

Les MOOGSet autres claviers qui lui permettent un travail en studio pour les playbacks, enregistrements et supports pédagogiques.

Le THEREMIN , avec "...tellement d’harmonies".
Il ne l’utilise pas en groupe mais dans des spectacles, arrangements, ou des conférences. Il est très utile pour créer des ambiances dans des musiques de film , des fonds sonores.
Avec le Thérémin, les "vocoders" et d’autres machines , il aime défier les lois de la physique...

Et il reste son instrument absolu :l’ OREILLE ...

Ils sont peu de musiciens à posséder cette faculté oreille absolue qui se traduit par "être capable d’identifier la hauteur d’un son sans référence ".
Elle diffère de l’oreille relative qui se traduit par "reconnaître une note par rapport à une note de référence" ce que la plupart des musiciens ont acquis après des années d’études.

Les études de Stéphane Ducassé, lui ont permis de la travailler, de la maîtriser et de la perfectionner.
Mais à quoi peut elle bien être utilisée si ce n’est à surprendre ?
Un musicien qui a l’oreille absolue , entend en temps réel tous les scores des instruments d’un orchestre et peut arriver à les écrire tous. Ensuite ? Rendez vous sur service pour en savoir un petit peu plus.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0